cannes20102.jpg

Dans l’actualité, les images de Cannes ont déjà été évincées par un flot carnassier d’informations, mais elles sont toujours bien vivaces dans ma mémoire. 15 jours au moins étaient nécessaires pour distinguer avec recul cette tornade émotionnelle et cinématographique, pour se dégriser (à peine)…Ne vous méprenez pas: contrairement à beaucoup d’autres, je ne me suis grisée que de cinéma, d’émotions, de fêtes, d’écriture, de rêves et de soleil. Cocktail déjà bien assez enivrant.  Dix ans après mon premier festival de Cannes, Cannes, ville « qui ne dort jamais » comme l’a si bien dit Kristin Scott-Thomas lors de l’ouverture, ne cessera jamais de m’éblouir, me fasciner, m’enchanter, me surprendre, m’embarquer dans un ailleurs à la fois si proche et exotique qui fait perdre toute notion du temps et de réalité, et qui parfois, aussi, m’exaspère.  Concentré de vie, de cinéma et d’orgueils. Tout est disproportionné dans les joyeux excès comme dans les plus pathétiques. Une frénésie parfois réjouissante, parfois périlleuse pour ceux qui noient et oublient l’essentiel dans cette vaine course contre le temps, à l’amnésie de son écoulement, forcément temporaire, à l’ivresse et à l’information.

Eternel paradoxe cannois, et cette année plus que jamais : la vie y est tellement cinématographique, étincelante, quand le cinéma se fait lui le reflet de la réalité. Souvent sombre, désespérée. Jours et nuits, cinéma et réalité se succèdent sans réelle frontière vous faisant oublier que ce film-là aussi doit avoir une fin. Alors c’est l’étrange silence après le si doux et grisant tumulte. Après il faut bien réaliser que la vie ne peut ressembler toujours à du cinéma quoique…je m’y emploie.

Cette année plus que jamais, j’ai eu le grand plaisir de pouvoir partager ma passion sur inthemoodforcinema.com et sur inthemoodforcannes.com mais aussi sur 20minutes.fr , sur l’appli iphone d’Orange au quotidien, sur M6, sur touscoprod.com, sur Pure Channel, sur France Bleu… et j’en profite pour remercier ces différents médias sur lesquels j’ai pu m’exprimer mais aussi Pascale pour son soutien dithyrambique ou encore Alexandra d’Hautetfort pour son précieux soutien.  J’en profite enfin pour remercier ceux qui ont commenté avec assiduité sur mes blogs comme Fred en regrettant de n’avoir pas eu le temps de répondre à tous et au fur et à mesure.

15jours après tellement d’images encore : de belles rencontres, des retrouvailles parfois trop furtives et/ou agréablement insaisissables, des soirées surréalistes du VIP room au Baron, de la plage Orange à la plage Martini, de la plage Majestic à la plage Chérie chéri (merci également à ADR prod) au patio Canal+.

Et puis bien évidemment, surtout, tant d’images de cinéma. Le plus beau souvenir restera sans doute pour moi la projection du « Guépard » en présence d’Alain Delon, Claudia Cardinale et Martin Scorsese et cette étrange, émouvante résonance entre le sujet du film, celui de la déliquescence d’un monde, et le présent pour ses protagonistes. Un chef d’œuvre inégalé qui n’a rien perdu de sa beauté majestueuse, nostalgique et saisissante. Un très grand moment que de revoir ce film à Cannes, 47 ans après sa palme d’or, parmi une assistance prestigieuse.

Ensuite, il y a eu le plaisir d’interviewer Bernard Blancan, un des protagonistes de « Hors-la-loi », pourtant prix d’interprétation du Festival de Cannes 2006 au même titre que les autres et complètement exclu de la promotion du film. Eternelle et injuste valse des vanités cannoises qui se grise elle aussi mais d’éphémère, de futile, de faux-semblants.

Et puis tant d’autres moments : la présentation de « Stones in Exile » par Mick Jagger, le vent d’air frais qu’a fait souffler Isabelle Huppert dans « Copacabana », le romanesque « La Princesse de Montpensier », Juliette Binoche émouvante et éblouissante dans « Copie conforme » et sur scène lors de la clôture, le concert de Charlie Winston, la si touchante « Tournée » de Mathieu Amalric, le bouleversant « Des Hommes et des Dieux » de Xavier Beauvois, l’incroyable Lesley Manville dans « Another year » de Stephen Frears », le pudique et poignant « The tree » de Julie Bertucelli…

Certes, cette année et pour la première fois en dix ans de festival, je n’ai pas eu de réel coup de cœur cinématographique comme l’an passé avec les films d’Almodovar, Tarantino, Haneke, Ghobadi, Audiard… Difficile de rivaliser avec l’édition 2009 qui pour tant de raisons fut tellement inoubliable pour moi mais Cannes reste la plus grande et riche vitrine du cinéma mondial, un voyage fabuleux, sans cesse surprenant, parfois dérangeant, et malgré tout exaltant dans les cinématographies du monde et dans les sursauts de l’Histoire contemporaine et passée. Le cinéma, à l’image du monde que Cannes a reflété cette année, suffoque, nous parle beaucoup de deuil, de pauvreté, de désespoir, de perte de repères, d’oubli du réel dans la virtualité et cherche une lueur d’espoir et d’humanité en se repliant sur la cellule familiale.

Un manège réel et cinématographique étourdissant dont je reviens avec cette envie délicieusement rageuse d’écrire et de voir des films, de partager avec vous mon enthousiasme surtout, parfois ma perplexité ou mon agacement, de me laisser étonner, déranger, dérouter, embarquer dans d’autres (ir)réalités encore et plus que jamais…

Vous trouverez ci-dessous les liens vers mes articles sur mes meilleurs moments de ce Festival de Cannes 2010 et sur les films que je vous recommande.

Prochains grands rendez-vous : le Festival Paris Cinéma dont je ferai partie du jury des 7 blogueurs et évidemment l’incontournable Festival du Cinéma Américain de Deauville et beaucoup de surprises et d’avant-premières, à Paris et ailleurs.  Et évidemment, le Festival de Cannes 2011, du 11 au 22 mai !

Ouverture du 63ème Festival de Cannes: une édition ouverte sur l’éternité

« Robin des bois » de Ridley Scott: Russell Crowe décoche la flèche d’ouverture

« Tournée » de Mathieu Amalric: la beauté des âmes dénudées

Critique du « Guépard » de Luchino Visconti (sélection Cannes Classics)

« Le Guépard » 47 ans après (vidéos de Martin Scorsese, Alain Delon, Claudia Cardinale)

Critique d’ « Another year » de Mike Leigh

« You will meet a tall dark stranger » de Woody Allen

Et les soirées dans tout ça?

« Toscan, the french touch » d’Isabelle Partiot-Pieri (Cannes Classics 2010) : portrait d’un être libre

Critique de « La Princesse de Montpensier » de Bertrand Tavernier

« Copacabana » de Marc Fitoussi, séance spéciale de Semaine de la Critique avec Isabelle Huppert (vidéo)

« Film Socialisme » de Jean-Luc Godard (Critique) (Un Certain Regard)

Critique et vidéos de présentation du film: « Des Hommes et des dieux » de Xavier Beauvois

Inthemoodforcannes au jt de M6

« Copie conforme » d’Abbas Kiarostami- Critique

« Poetry » de Lee Chang-dong – Critique

Mick Jagger présente « Stones in exile » (vidéos)

Concert de Charlie Winston au vip room

Critique de « Fair game » de Doug Liman

Conférence de presse de l’équipe du film « Carlos » d’Olivier Assayas

Critique de « Hors-la-loi » de Rachid Bouchareb

Conférence de presse de « Hors-la-loi » de Rachid Bouchareb

Dans les coulisses du Grand Journal à Cannes (concert de Gossip et équipe de « Hors-la-loi »)

Demain: le palmarès du Festival de Cannes 2010 (le cinéma français à l’honneur?)

Palmarès complet et commenté du Festival de Cannes 2010 et images de la clôture

Interview de Bernard Blancan

Critique de « L’Autre monde » de Gilles Marchand (séance spéciale- sélection officielle)

Critique de « The tree » de Julie Bertucelli (Film de clôture)

Critique de « Biutiful » d’Alejandro Gonzalez Inarritu

Conférence de presse de « La nostra vita » de Daniele Luchetti

Articles liés à celui-ci:

Share

About Author

Sandra Mézière

Blogueuse et romancière. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 22 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 14 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés ( Inthemoodforfilmfestivals.com, Inthemoodforcinema.com, Inthemoodfordeauville.com, Inthemoodforcannes.com, Inthemoodforhotelsdeluxe.com, Inthemoodforluxe.com... ), de romans, de scénarii et de nouvelles. en avril 2016, a été publié mon premier roman au cœur des festivals de cinéma, aux Editions du 38: "L'amor dans l'âme" et en septembre 2016, chez le même éditeur, mon recueil de 16 nouvelles sur les festivals de cinéma "Les illusions parallèles". Pour en savoir plus sur mon parcours, mes projets, les objectifs de ce site, rendez-vous sur cette page : http://inthemoodforfilmfestivals.com/about/ et pour la couverture presse sur celle-ci : http://inthemoodforfilmfestivals.com/dans-les-medias/ . Je travaille aussi ponctuellement pour d'autres médias (Clap, Journal de l'ENA, As you like magazine etc) et je cherche également toujours à partager ma passion sur d'autres médias. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : sandrameziere@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema, mon compte principal: 5400 abonnés ). Vous pouvez aussi me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *