FESTIVAL DE CANNES 2016 — 12 mai 2016

Cannes20161.jpg

cannes201611.jpg

Quelle bonne idée que de faire débuter (à nouveau) le Festival de Cannes par un film de Woody Allen, promesse toujours de tendre ironie, de causticité mélancolique mais aussi en l’occurrence de villes baignées de lumière. Comme un écho à la sublime affiche de cette 69ème édition, incandescente, solaire, ouvrant sur de nouveaux horizons (image tirée du « Mépris » de Godard) et sur cette ascension solitaire, teintée de langueur et de mélancolie… comme une parabole de celle des 24 marches les plus célèbres au monde.

cannes20163.jpg

De cette cérémonie d’ouverture, nous retiendrons l’enthousiasme avec lequel George Miller a évoqué son jury, « des gens extrêmement intelligents, passionnés de cinéma, très amusants « , « Quoiqu’il arrive ce jury va délibérer de manière assidue, sérieuse et passionnée », les extraits des films de cette 69ème édition qui déjà me font frissonner d’exaltation et d’impatience et même parfois déjà d’émotion, les quelques notes de la musique envoûtante de « Lawrence d’Arabie » et celles qui le sont tout autant du « Mépris », l’hommage à Paris blessée et meurtrie, la grande classe de Vincent Lindon, prix d’interprétation masculine pour « La loi du marché », l’an passé, dans lequel il était d’une justesse sidérante (qui tourne actuellement et interprète Rodin), « Je me suis empressé de dire oui au festival qui depuis plus d’un demi-siècle témoigne du monde et de son imaginaire et qui aide à se battre contre les injustices, les préjugés, les différences, il est rudement courageux essayons de l’être autant que lui. Vive le cinéma », a-t-il dit, et nous oublierons quelques phrases malheureuses de Laurent Lafitte car comme il l’a en revanche bien dit, à Cannes, la star c’est le cinéma et c’est tout ce qui compte.

(Petite parenthèse pour dire que c’est aussi ce que j’ai modestement essayé de dire hier sur RFI dans l’émission « Vous m’en direz des nouvelles » , que, à Cannes, la star est et demeure le cinéma, face à un Richard Berry plutôt en colère contre le festival, pour le podcast, c’est ici : ).

cannes201610.jpg

 

 

cafesociety.png

Ce nouveau film de Woody Allen nous emmène à New York, dans les années 30. Coincé entre des parents conflictuels, un frère gangster et la bijouterie familiale, Bobby Dorfman (Jesse Eisenberg) a le sentiment d’étouffer! Il décide donc de tenter sa chance à Hollywood où son oncle Phil (Steve Carell), puissant agent de stars, accepte de l’engager comme coursier. À Hollywood, Bobby ne tarde pas à tomber amoureux de la secrétaire de Phil, Vonnie, (Kristen Stewart). Malheureusement, cette dernière n’est pas libre et il doit se contenter de son amitié.  Jusqu’au jour où elle débarque chez lui pour lui annoncer que son petit ami vient de rompre. Soudain, l’horizon s’éclaire pour Bobby et l’amour semble à portée de main…

Un film de Woody Allen comporte des incontournables, ce pour quoi on l’attend : la virtuosité de ses scènes d’ouverture qui vous embarquent en quelques mots et images et campent un ton et un univers (ici le Hollywood des années 30 dans une fastueuse villa), ses dialogues cinglants et savoureux qui suscitent un rire teinté de désenchantement (il excelle ici à nouveau dans l’exercice), des personnages qui sont comme le double du cinéaste (Jesse Eisenberg en l’occurrence qui emprunte son phrasé, sa démarche, sa gestuelle), des personnages brillamment dessinés, le jazz ( dont la tristesse sous-jacente à ses notes joyeuses fait écho à la joie trompeuse des personnages), des pensées sur la vie, l’amour, la mort, une mise en scène élégante ici sublimée par la photographie du chef opérateur triplement oscarisé Vittorio Storaro (pour « Apocalypse now », « Reds », « Le dernier empereur ») qui travaille ici pour la première fois avec Woody Allen, et pour la première fois en numérique.

Ajoutez à cela la grâce et l’intelligence de jeu de Kristen Stewart, des seconds rôles excellents et excellemment écrits, la voix de Woody Allen narrateur et vous obtiendrez un film qui, s’il n’est pas le meilleur de Woody Allen, possède un charme nostalgique et une écriture d’une précision redoutable.

Woody Allen fait dire à un de ses personnages «  Il sait donner au drame une touche de légèreté » alors pour le paraphraser disons qu’ici Woody Allen sait donner à la légèreté une touche de drame. Plus que la chronique acide sur Hollywood que le film aurait pu être (qu’il qualifie tout de même de « milieu barbant, hostile, féroce »), c’est surtout un nouvel hommage à la beauté incendiaire de New York empreint d’une féroce nostalgie du Hollywood et du New York des années 1930 mais aussi celle des amours impossibles. Une scène vaudevillesque digne de Lubitsch et une autre romantique à Central Park et bien sûr le dénouement valent le voyage sans oublier ces quelques réjouissantes citations:

 » La vie est une comédie écrite par un auteur sadique. »

« Vis chaque jour comme le dernier, un jour ça le sera. »

« Tu me fais penser à un chevreuil pris dans les phares d’une voiture. »

« Tu es trop idiot pour comprendre ce que la mort implique .»

« C’est bête que les Juifs ne proposent pas de vie après la mort, ils auraient plus de clients. »

« L’amour sans retour fait plus de victimes que la tuberculose. »

Le dernier film avec lequel Woody Allen avait ouvert le festival de Cannes, « Minuit à Paris » était une déclaration d’amour à Paris, au pouvoir de l’illusion, de l’imagination,  à la magie de Paris et du cinéma qui permet de croire à tout, même qu’il est possible au passé et au présent de se rencontrer et s’étreindre, le cinéma  évasion salutaire  «  dans une époque bruyante et compliquée », ce film-ci est plus empreint de pessimisme, de renoncement mais c’est notre cœur qu’il étreint, une fois de plus… Le film idéal pour l’ouverture. Espérons que le festival sera aussi solaire que la photographie de « Café Society » et ce New York et cet Hollywood nimbés de lueurs crépusculaires d’une beauté hypnotique, un peu à l’image de celles de la Croisette depuis le club by Albane où s’est achevée cette première soirée en attendant le début de la compétition officielle. A suivre!

FullSizeRender.jpg

IMG_7011.JPG

Cliquez ici pour lire mes 10 critiques de films de Woody Allen.

cannes20169.jpg

Et pour me suivre en direct de Cannes, c’est sur twitter (@moodforcinema / @moodforcannes).

cannes20166.jpg

 

cannes20168.jpg

 

 

cannes20164.jpg

 

Share

About Author

Sandra Mézière

Blogueuse et romancière. Passionnée, avant tout. Surtout de cinéma et d'écriture. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 21 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 13 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés ( Inthemoodforfilmfestivals.com, Inthemoodforcinema.com, Inthemoodfordeauville.com, Inthemoodforcannes.com, Inthemoodforhotelsdeluxe.com, Inthemoodforluxe.com... ), de romans, de scénarii et de nouvelles. en avril 2016, a été publié mon premier roman au cœur des festivals de cinéma, aux Editions du 38: "L'amor dans l'âme". Pour en savoir plus sur mon parcours, mes projets, les objectifs de ce site, rendez-vous sur cette page : http://inthemoodforfilmfestivals.com/about/ et pour la couverture presse sur celle-ci : http://inthemoodforfilmfestivals.com/dans-les-medias/ . Je travaille aussi ponctuellement pour d'autres médias (Clap, Journal de l'ENA, As you like magazine etc) et je cherche également toujours à partager ma passion sur d'autres médias. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : inthemoodforfilmfestivals@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema, mon compte principal: 5200 abonnés ). Vous pouvez aussi me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *