cabourg2016

cab6.jpg

En 30 ans, le Festival du Film de Cabourg, dans le cadre idyllique de la petite ville normande si chère à Proust dont la beauté mélancolique sied si bien au thème du festival, s’est imposé en douceur comme LE rendez-vous incontournable des amoureux…du cinéma romantique et surtout comme un événement qui a su rester convivial malgré son impressionnant générique qui, chaque année, en juin, se donne rendez-vous sur la promenade Marcel Proust, a fortiori cette année pour cette édition anniversaire qui promet d’être particulièrement marquante et réjouissante. Je suis donc restée fidèle à ce festival depuis ma participation à son jury des courts métrages en 2002 et j’aurai le plaisir de le couvrir de l’ouverture à la clôture. Ou comme une douce sensation de mise en abyme puisque c’est dans le cadre de ce festival qui m’est cher que se déroule une scène clef de mon roman « L’amor dans l’âme » (sorti en avril 2016 aux Editions du 38) qui est justement une histoire de mise en abyme… De quoi s’engouffrer un peu plus dans cette irréalité joyeuse à laquelle nous invite ce festival et que je vous invite à suivre sur ses réseaux sociaux (@FestFilmCabourg sur twitter et @festivaldecabourg sur Instagram mais aussi sur Facebook, ici) et sur les miens (@moodforcinema et @moodfdeauville sur twitter et @sandra_meziere sur Instagram) avant un compte rendu complet et détaillé à retrouver ici, sur Inthemoodforcinema.com et Inthemoodfordeauville.com.  Je vous recommande également l’excellent site officiel du Festival du Film de Cabourg.   Cette 30ème édition aura lieu du 8 au 12 juin 2016.

La très belle affiche de cette édition 2016 est tirée du film « Bébé tigre » réalisé par Cyprien Vial en 2015 et alors présenté au festival. Sans aucun doute cette édition sera-t-elle à son image: scintillante, artistique, et romantique… Cette édition 2016 vous permettra ainsi de découvrir de nombreux films en avant-première mais aussi de revoir les meilleurs films romantiques de l’année écoulée, de profiter de ses séances « anniversaires » exceptionnelles parmi de nombreux autres événements (comme l’inauguration du Méridien de l’Amour le 8 juin ) à ne plus savoir où donner de la tête (programme détaillé à découvrir ci-dessous), bref de vous plonger dans un bain de cinéma romantique !

cabourg6.jpg

cab1.jpg

Avant d’en venir à l’enthousiasmant programme de ce 30ème anniversaire, je vous présente les trois jurys qui auront la lourde et passionnante charge d’attribuer les récompenses aux films en compétition et notamment le Swann d’or  qui sera décerné par le Grand jury, le 11 juin.

Cabourg2.jpg

cabourg5.jpg

Composition des 3 jurys du festival

beart

Ci-dessus, Emmanuelle Béart dans le chef-d’œuvre de Claude Sautet, « Un cœur en hiver » dont vous pouvez retrouver ma critique en cliquant ici.

Ce Grand Jury 2016 sera  ainsi présidé par Emmanuelle Béart (actrice). Elle sera accompagnée de : Loubna Abidar (actrice), Samuel Benchetrit (réalisateur, acteur, écrivain), Joeystarr (acteur, chanteur), Éric Reinhardt (écrivain), Pierre Rochefort (acteur), Julia Roy (actrice) et Céline Sciamma (réalisatrice, scénariste). Le jury jeunesse sera parrainé par Alice Isaaz (actrice) et Rod Paradot (acteur), et composé de lycéens. Le jury des courts métrages sera présidé par  Pierre Schoeller (réalisateur, scénariste). Il sera accompagné de : Marianne Basler (actrice), Frédérique Bel (actrice), Michel Feller (producteur), Jean Baptiste Maunier (acteur, chanteur), Diane Rouxel (actrice), Karidja Touré (actrice).

L’impressionnant générique de cette 30ème édition:

(que je compléterai au fur et à mesure des annonces, d’autres noms pouvant s’y ajouter, notamment d’anciens présidents du jury du festival conviés à l’inauguration du Méridien de l’Amour, le 8 juin)

binoche

Sont attendus cette année, entre autres : Loubna Abidar (actrice), Julia Artamonov (actrice), Ariane Ascaride (actrice), Aure Atika (actrice), Marianne Basler (actrice), Luc Battiston (comédien, réalisateur), Emmanuelle Béart (actrice, Présidente du Grand Jury),  Hugo Becker (acteur), Frédérique Bel (actrice), Ramzi Ben Sliman (réalisateur, scénariste), Samuel Benchetrit (réalisateur, acteur, écrivain), Juliette Binoche (actrice), Sandrine Bonnaire (actrice, réalisatrice), Pascal Bonitzer (scénariste, réalisateur), Agathe Bonitzer (actrice), Carla Bruni (auteur, compositeur, interprète), Louise Bourgoin (actrice), Phénix Brossard (acteur), Antonia Buresi (actrice), Ivan Calbérac (réalisateur, scénariste), Paul Calori (réalisateur, scénariste), Urbain Cancelier (acteur), Anne Cazenave-Cambet (réalisatrice), Olivier Chantreau (acteur), Alexandre Chatelard (compositeur), Benoit Chauvin (acteur), Camille Claris (actrice), Loïc Corbery (acteur), Catherine Corsini (réalisatrice, scénariste), Geoffrey Couët (acteur), Jonathan Couzinié (acteur, scénariste), Flavia Coste (scénariste, actrice, réalisatrice), Stany Crets (réalisateur), Marie-José Croze (actrice), François Damiens (acteur), Arnaud Dupont (acteur), Jérémie Elkaïm (acteur), Nicolas Engel (réalisateur), Esteban (chanteur, acteur), Julia Faure (actrice), Léa Fehner (réalisatrice), Michel Feller (producteur), Luis Galvão Teles (réalisateur), Samir Guesmi (acteur), Anne Grange (productrice), Pascal Greggory (acteur), Alice Isaaz (actrice), Catherine Jacob (actrice), Sam Karmann (acteur, réalisateur), Francis Lai (compositeur), Bouli Lanners (réalisateur), Sébastien Laudenbach (réalisateur), Guillaume Laurant (scénariste), Rim Laurens (compositeur), Alex Lawther (acteur), Charlotte Le Bon (actrice), Virginie Ledoyen (actrice), Pascal Légitimus (acteur), Claude Lelouch (réalisateur), Stéphane Lerouge (musicologue), Florence Loiret-Caille (actrice), Marie Madinier (réalisatrice), Nicolas Martin (compositeur), Jean-Baptiste Maunier (acteur, chanteur), Elice Meng (réalisatrice), Mathieu Metral (acteur), Katia Miran (actrice), Kacey Mottet Klein (acteur), Emmanuel Mouret (réalisateur, acteur), François Nambot (acteur), Safy Nebbou (acteur, réalisateur), Loïc Paillard (réalisateur), Rod Paradot (acteur), Antonin Peretjatko (acteur, réalisateur), Raphaël Personnaz (acteur), Dominique Pinon (acteur), Vimala Pons (actrice), Philippe Rebbot (acteur), Éric Reinhardt (écrivain), Pierre Rochefort (acteur), Diane Rouxel (actrice), Julia Roy (actrice), Rufus (acteur), Gonzague Saint Bris (écrivain, Président fondateur du Festival), Yann Samuell (réalisateur), Noémie Schmidt (actrice), Pierre Schoeller (réalisateur, scénariste), Céline Sciamma (réalisatrice, scénariste), Fanny Sidney (actrice),  Andrew Steggall (réalisateur), Joeystarr (acteur, chanteur), Gilles Taurand (scénariste), Kostia Testut (scénariste, réalisateur), Christa Théret (actrice), Karidja Touré (actrice), Ann Van den Broeck (actrice, chanteuse), Bert Verbeke (acteur, chanteur), Samuel Vincent (acteur).

Les temps forts de cette 60ème édition

L’inauguration du Méridien de l’Amour le 8 juin

Plus de 60 séances en salle proposées au public, et 3 projections en plein-air.

La Compétition des longs métrages

La Compétition des courts métrages

La section “Panorama” de longs métrages

Le Ciné-Swann

Les Premiers Rendez-Vous

La section “Par Amour de la Musique”

Les Séances Anniversaires

La section “Jeunesse”

La sélection européenne

Les rencontres  organisées avec les équipes des films avant ou après les projection

Les « trois anniversaires »

La soirée caritative du jeudi 9 juin

Les séances anniversaires: trois anniversaires…

Pour fêter sa 30ème édition, le Festival du Film de Cabourg, Journées Romantiques, célébrera ainsi trois anniversaires (et quels anniversaires !) : ses 30 ans, mais aussi les anniversaires de deux chefs-d’œuvre du cinéma romantique: les 15 ans de la sortie du film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet et les 50 ans de la sortie du film Un homme et une femme de Claude Lelouch (vous pouvez désormais découvrir en DVD et Blu-ray son dernier film, le magnifique UN + UNE ).

amélie poulain.jpg

En 2001, Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet sortait en salles. J’étais alors étudiante en sciences politiques en Bretagne et je me souviens que voir et revoir ce film (que j’ai alors vu plusieurs fois en salles) était une douce évasion. Cette même année, le Festival du Film de Cabourg le récompensait avec un Swann d’Or du meilleur réalisateur décerné à Jean-Pierre Jeunet et un Swann d’Or du meilleur acteur remis à Mathieu Kassovitz. Audrey Tautou, quant à elle, avait reçu à Cabourg 2 ans plus tôt le Swann d’Or de la révélation féminine pour son rôle dans Vénus Beauté de Tonie Marshall. Le vendredi 10 juin, le Festival réunira ainsi le scénariste Guillaume Laurant, les acteurs Urbain Cancelier, Rufus et Dominique Pinon pour échanger avec le public à l’occasion d’une projection anniversaire du film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain.

un homme et une femme.jpg

Il y a 50 ans, sur une plage de la Côte normande, était né l’un des plus beaux films d’amour français joué par Anouk Aimée et Jean-Louis Trintignant, et accompagné d’une musique inoubliable signée Francis Lai : Un homme et une femme de Claude Lelouch. Le samedi 11 juin, Claude Lelouch viendra à Cabourg pour assister à une projection anniversaire du film suivie d’une rencontre avec le public, auxquelles seront sera aussi présent Francis Lai. Sans aucun doute, un très beau moment de cinéma en perspective. En bonus, je vous propose ma critique de ce chef-d’œuvre, en bas de cet article.

Séances Anniversaires

Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet France, 1989, 1h48 Musique : Yann Tiersen Interprétation : Audrey Tautou, Rufus, Jamel Debbouze, Dominique Pinon, Isabelle Nanty, Mathieu Kassovitz

Un homme et une femme de Claude Lelouch France, 1966, 1h40 Musique : Francis Lai Interprétation : Jean-Louis Trintignant, Anouk Aimée, Pierre Barouh

 Précédé de Foutaises de Jean-Pierre Jeunet France, 1989, 7’ Interprétation: Dominique Pinon, Chick Ortéga, Marie-Laure Dougnac, Philippe PaimBlanc, Maurice Lamy, Diane Bertrand

Les longs métrages en compétition

Parmi les longs métrages en compétition, je peux d’ores et déjà vous recommander « La Danseuse », hymne poétique au vertige de l’art, magnifiquement interprété par Soko (le film était en sélection du 69ème Festival de Cannes – Section Un Certain Regard).

ladanseuse

A Serious Game de Pernilla August Suède, Danemark, Norvège, 2015, 2h Interprétation : Sverrir Gudnason, Karin Franz Körlof, Liv Mjönes, Michael Nyqvist

Departure d’Andrew Steggall France, Royaume Unis, 2015, 1h49 Interprétation : Juliet Stevenson, Alex Lawther, Phénix Brossard, Finbar Lynch PREMIER FILM

Diamond Island de Davy Chou  France, Cambodge, Allemagne, Thaïlande Qatar, 2016, 1h41 Interprétation : Sobon Nuon, Cheanick Nov, Madeza Chhem, Mean Korn, Samnang Nut, Samnang Khim, Sophyna Meng PREMIER FILM

La Danseuse de Stéphanie Di Giusto France, Belgique, République Tchèque, 2016, 1h48 Interprétation : Soko, Gaspard Ulliel, Lily Rose Depp, Mélanie Thierry, François Damiens, LouisDo De Lencquesaing, Denis Menochet PREMIER FILM

Tanna de Bentley Dean, Martin Butler Australie, 2015, 1h44  Interprétation : Mungau, Marie Wawa, Marceline Rofit, Chief Charlie Kahla, Albi Nangia, Lingai Kowia

Un otoño sin Berlin de Lara Izagirre Espagne, 2015, 1h39 Interprétation : Irene Escolar, Tamar Novas, Ramón Barea, Lier Quesada PREMIER FILM

Zinnia Flower de Tom Shu-Yu Lin Taïwan, 2015, 1h36  Interprétation : Karena Lam, Chin-Hang Shih, Bryan Shu-Hao Chang, Hsuan-yen Tsai, Chia-yen Ko, Chih-Hsiang Ma

Les courts métrages en compétition

Aucun regret d’Emmanuel Mouret France, 2016, 22’ Interprétation : Katia Cuq, Fanny Mauferon, Mathieu Metral

Hotaru de William Laboury France, 2015, 22’ Interprétation : Julia Artamonov, Olivier Lin,

Gabber Lover d’Anne Cazenave-Cambet France, 2015, 13’ Interprétation : Laurie Reynal, Mila Lendormy Bernard Blancan

  Goliath de Loïc Barché France, 2016, 18’ Interprétation: Swann Arlaud, Phénix Brossard

Que vive l’Empereur d’Aude Léa Rapin France, 2016, 25’ Interprétation : Jonathan Couzinié, Antonia Buresi

Si la photo est bonne de Luc Battiston  France, 2015, 22’ Interprétation : Arnaud Dupont, Mathieu Metral

Panorama, prix du public Essilor

effet

Lors des séances de la section “Panorama”, les spectateurs donnent leurs appréciations grâce à un bulletin de vote distribué en salle. Ils indiquent avoir aimé le film un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, ou pas du tout.  Le Prix du Public est remis au film ayant recueilli les meilleures appréciations des spectateurs lors de la Cérémonie des Swann d’Or, le samedi 11 juin au Grand Casino.

A Man Called Ove de Hannes Holm Etats-Unis, 2015, 1h56 Interprétation : Rolf Lassgård, Bahar Pars, Filip Berg, Ida Engvoll, Tobias Almborg, Klas Wilijergård

Dans les forêts de Sibérie de Safy Nebbou  France, 2015, 1h45  Musique : Ibrahim Maalouf Interprétation : Raphaël Personnaz, Evgueni Sidikhine

Deux nuits jusqu’au matin de Mikko Kuparinen Finlande, Lituanie, 2015, 1h28  Interprétation : Marie-José Croze, Mikko Nousiainen, Arly Jover, Eedit Patrakka ; Jonas Braskys, Juozas Gaizauskas

L’Effet aquatique de Sólveig Anspach France, 2015, 1h25 Interprétation : Samir Guesmi, Florence LoiretCaille, Didda Jonsdottir, Philippe Rebbot, Estéban Olivia Côte

Florence Foster Jenkins de Stephen Frears États-Unis, 2015, 1h50 Musique: Alexandre Desplat Interprétation : Meryl Streep, Hugh Grant, Samon Helberg, Rebecca Ferguson, Nina Arianda, Nina Gachev, John Kavanagh, Mark Arnold

Gelo de Luís et Gonçalo Galvão Teles Portugal, 2016, 1h45 Interprétation : Ivana Baquero, Afonso Pimentel, Albano Jerónimo, Ivo Canelas, Ruth Gabriel

La jeune fille sans mains de Sébastien Laudenbach, d’après l’œuvre des frères Grimm France, 2015, 1h25 Musique : Olivier Mellano Interprétation : Anaïs Demoustier, Jérémie Elkaïm PREMIER FILM

La loi de la jungle d’Antonin Peretjako France, 2016, 1h39 Interprétation : Vincent Macaigne, Vimala Pons, Pascal Légitimus, Matthieu Amalric

Lee & Cindy C. de Stany Crets Belgique, 2015, 1h45 Musique: Steve Willaert Interprétation : Bert Verbeke, Ann Van den Broeck, Rik Verheye, Jaak Van Assche, Nico Sturm PREMIER FILM

Le Secret des banquises de Marie Madinier France, Belgique, 2015, 1h21 Interprétation : , Charlotte Le Bon, Guillaume Canet, Damien Chapelle, Anne Le Ny, Patrick d’Assumçao PREMIER FILM

Les Étoiles restantes de Loïc Paillard France, 2016, 1h20 Interprétation : Benoît Chauvin, Camille Claris, Jean Fornerod, Sylvain Mossot   PREMIER FILM

Love & Friendship de Whit Stillman France, Pays-Bas, Irlande, 2015, 1h28 Interprétation : Kate Beckinsale, Chloë Sevigny, Xavier Samuel, Stephen Fry, Emma Greenwell, Justin Edwards, Tom Bennett, Morfydd Clark

Ma révolution de Ramzi ben Sliman France, 2015, 1h20 Interprétation : Samuel Vincent, Lubna Azabal, Samir Guesmi, Anamaria Vartolomei PREMIER FILM

Sur quel pied danser de Paul Calori et Kostia Testut France, 2015, 1h25 Musique: Olivier Daviaud Interprétation : Pauline Étienne, Olivier Chantreau, François Morel, Loïc Corbery, Julie Victor PREMIER FILM

Tout de suite maintenant de Pascal Bonitzer France, 2015, 1h38 Interprétation : Agathe Bonitzer, Vincent Lacoste, Pascal Greggory, Lambert Wilson, Julia Faure, Isabelle Hupert, Jean-Pierre Bacri

Un jour mon prince viendra de Flavia Coste France, 2015, 1h22 Interprétation : Sarah-Jeanne Labrosse, Mylène Saint-Sauveur, Jean-Luc Couchard, Hugo Becker, Flavia Coste, Catherine Jacob, PierreFrançois Martin Laval PREMIER FILM

Le Ciné-Swann en salles et à Cap Cabourg sur la digue

Le vendredi soir et  le samedi soir à la nuit tombante, les succès romantiques de l’année écoulée sont projetés sur un écran géant à Cap Cabourg sur la digue. Les spectateurs assistent à ces séances, installés dans des transats du partenaire officiel France Télévisions.   Accès gratuit, après retrait des tickets en billetterie.  Le Ciné-Swann en salle et à Cap Cabourg sur la digue. Pour des raisons écologiques, le Ciné-Plage et son écran géant prendront place désormais à Cap Cabourg sur la digue, les vendredi 10 juin et samedi 11 juin.

En salle

soldat2

Je suis un soldat de Laurent Larivière France, 2015, 1h37 Interprétation : Louise Bourgoin, Jean-Hugues Anglade, Anne Benoit, Laurent Capelluto PREMIER FILM

Les Cowboys de Thomas Bidegain France, 2015, 1h45 Interprétation : François Damiens, Finnegan Oldfield, Agathe Dronne, Ellora Torchia, Antoine Chappey, Maxime Driesen, Jean-Louis Coulloc’h, Gilles Treton PREMIER FILM

L’étudiante et Monsieur Henri d’Ivan Calbérac France, 2015, 1h38 Interprétation : Noémie Schmidt, Claude Brasseur Frédérique Bel, Guillaume de Tonquédec

Les Ogres de Léa Fehner France, 2016, 2h24 Interprétation : Adèle Haenel, Marc Barbé, François Fehner, Marion Bouravel, Inès Fehner, Lola Dueñas, Philippe Cataix, Christelle Lehallier, Thierry de Chaunac

Ma révolution de Ramzi ben Sliman France, 2015, 1h20 Interprétation : Samuel Vincent, Lubna Azabal, Samir Guesmi, Anamaria Vartolomei PREMIER FILM

Sur quel pied danser de Paul Calori et Kostia Testut France, 2015, 1h25 Musique: Olivier Daviaud Interprétation : Pauline Étienne, Olivier Chantreau, François Morel, Loïc Corbery, Julie Victor PREMIER FILM

Au Ciné-Plage à Cap Cabourg 

ans

La Fille du Patron d’Olivier Loustau France, 2016, 1h38 Interprétation : Christa Théret, Olivier Loustau, Florence Thomassin, Patrick Descamps, Stéphane rideau, Lola Dueñas, Pierre Berriau, Vincent Martinez PREMIER FILM

Les Premiers les derniers de Bouli Lanners Belgique, 2016, 1h38 Interprétation : Albert Dupontel, Bouli Lanners, David Murgia, Aurore Broutin, Suzanne Clément, Michael Lonsdale, Philippe Rebbot, Serge Riaboukine

Kacey Mottet Klein, Naissance d’un acteur d’Ursula Meier Suisse, 2015, 14’ Interprétation : Kacey Mottet Klein, Isabelle Hupert, Olivier Gourmet, Adelaïde Leroux, Madeleine Budd, Léa Seydoux, Martin Compston, Gillian Anderson

Précédé de Quand on a 17 ans d’André Téchiné France, 2016, 1h54 Interprétation : Kacey Mottet Klein, Sandrine Kiberlain, Corentin Fila, Alexis Loret, Jean Fornerod, Mama Prassinos, Jean Corso

Les prix Premiers Rendez-vous

etudiante

Pour soutenir l’émergence de jeunes talents cinématographiques, les Prix des Premiers Rendez-Vous, créés en 2008, récompensent la première apparition d’une actrice et d’un acteur dans un rôle de premier plan.

Théo et Hugo dans le même bâteau d’Olivier Ducastel et Jacques Martineau France, 2016, 1h37 Interprétation : Geoffrey Couët, François Nambot

L’Étudiante et Monsieur Henri d’Ivan Calbérac France, 2015, 1h38 Interprétation : Noémie Schmidt, Claude Brasseur, Frédérique Bel, Guillaume de Tonquédec

Par amour de la musique

Dans la plupart des films présentés à Cabourg, mots d’amour et notes de musique s’entremêlent. Les premiers s’appuient sur les seconds pour transcender leur portée, la musique devenant un élément clé du film.   La projection de ces films s’accompagnera, dans la mesure du possible, d’une rencontre entre un compositeur de musique de films, un réalisateur et le public.

LONGS MÉTRAGES :

forets

Dans les forêts de Sibérie de Safy Nebbou  France, 2015, 1h45 Musique : Ibrahim Maalouf Interprétation : Raphaë Personnaz, Evgueni Sidikhine

Florence Foster Jenkins de Stephen Frears Etats-Unis, 2015, 1h50 Musique: Alexandre Desplat Interprétation : Meryl Streep, Hugh Grant, Samon Helberg, Rebecca Ferguson, Nina Arianda, Nina Gachev, John Kavanagh, Mark Arnold

La jeune fille sans mains de Sébastien Laudenbach, d’après l’œuvre des frères Grimm France, 2015, 1h25 Musique : Olivier Mellano Interprétation : Anaïs Demoustier, Jérémie Elkaïm PREMIER FILM

Lee & Cindy C. de Stany Crets Belgique, 2015, 1h45 Musique: Steve Willaert Interprétation : Bert Verbeke, Ann Van den Broeck, Rik Verheye, Jaak Van Assche, Nico Sturm PREMIER FILM

Le Professeur de Violon de Sérgio Machado Brésil, 2015, 1h40 Musique : Alexandre Guerra, Felipe De Souza Interprétation : Lázaro Ramos

Sur quel pied danser de Paul Calori et Kostia Testut France, 2015, 1h25 Musique: Olivier Daviaud Interprétation : Pauline Étienne, Olivier Chantreau, François Morel, Loïc Corbery, Julie Victor PREMIER FILM

Un homme et une femme de Claude Lelouch France, 1966, 1h40 Musique : Francis Lai Interprétation : Jean-Louis Trintignant, Anouk Aimée, Pierre Barouh

COURTS METRAGES

Amore d’inverno d’Isabel Herguera Espagne, 2015, 8’ Musique : Gianmarco Serra

D’ombres et d’ailes d’Elice Meng et Eleonora Marinoni France, 2015, 13’, Animation Musique : Nicolas Martin Avec la voix de : Mathieu Amalric

H recherche F de Marina Moshkova France, 2015, 12’, Animation Musique : Rim Laurens

La section européenne

Fort du réseau développé depuis les Journées européennes de Pierre-Henri Deleau créées en 2005, la programmation du Festival reflète la cinématographie de pays de l’Europe entière. Cette sélection européenne est soutenue par le Conseil régional de Normandie.  La Sélection européenne

LONGS MÉTRAGES : 

premiers4

A Serious Game de Pernilla August Suède, Danemark, Norvège, 2015, 2h Interprétation : Sverrir Gudnason, Karin Franz Körlof, Liv Mjönes, Michael Nyqvist

Banana d’Andrea Jublin Italie, 2014, 1h30  Interprétation : Marco Todisco, Béatrice Modica, Jasmine Trinca

Departure d’Andrew Steggall France, Royaume Uni, 2015, 1h49 Interprétation : Juliet Stevenson, Alex Lawther, Phénix Brossard, Finbar Lynch PREMIER FILM

Deux nuits jusqu’au matin de Mikko Kuparinen Finlande, Lituanie, 2015, 1h28  Interprétation : Marie José Croze, Mikko Nousiainen, Arly Jover, Eedit Patrakka, Jonas Braskys, Juozas Gaizauskas

Gelo de Luís et Gonçalo Galvão Teles Portugal, 2016, 1h45 Interprétation : Ivana Baquero, Afonso Pimentel, Albano Jerónimo, Ivo Canelas, Ruth Gabriel

La Danseuse de Stéphanie Di Giusto France, Belgique, République Tchèque, 2016, 1h48 Interprétation : Soko, Gaspard Ulliel, Lily Rose Depp, Mélanie Thierry, François Damiens, Louis-Do De Lencquesaing, Denis Menochet PREMIER FILM

Lee & Cindy C. de Stany Crets Belgique, 2015, 1h45 Musique: Steve Willaert Interprétation : Bert Verbeke, Ann Van den Broeck, Rik Verheye, Jaak Van Assche, Nico Sturm PREMIER FILM

Les Premiers, les Derniers de Bouli Lanners Belgique, 2016, 1h38 Interprétation : Albert Dupontel, Bouli Lanners, David Murgia, Aurore Broutin, Suzanne Clément, Michael Lonsdale, Philippe Rebbot, Serge Riaboukine

Le Voyage de Tom Pouce de Břetislav Pojar République Tchèque, 2015, 57’

Love & Friendship de Whit Stillman France, Pays-Bas, Irlande, 2015, 1h28 Interprétation : Kate Beckinsake, Chloë Sevigny, Xavier Samuel, Stephen Fry, Emma Greenwell, Justin Edwards, Tom Bennett, Morfydd Clark

Samekka de Zdenek Miler République Tchèque, Russie, 2015, 39’

Un otoño sin Berlin de Lara Izagirre Espagne, 2015, 1h39 Interprétation : Irene Escolar, Tamar Novas, Ramón Barea, Lier Quesada PREMIER FILM

Egalement : une section jeunesse

Le Méridien de l’amour


Oui au Méridien de l’Amour, à Cabourg par Festival-Cabourg

Pour célébrer ce 30e anniversaire, l’Association du Festival du Film de Cabourg, sur une idée de sa Déléguée générale Suzel Pietri et avec le soutien de la Ville de Cabourg, inaugure à Cabourg un concept poétique unique au monde.  

104 clous de fondation ancrés dans le sol de la Promenade Marcel Proust, et réalisés par la Monnaie de Paris. Ce tracé pérenne symbolise l’absence de frontières et l’universalité de l’Amour.

croquis.jpg

Le long de cette promenade, 5 colonnes représentant l’Asie, l’Europe, l’Afrique, l’Amérique et l’Océanie. Pour découvrir 104 façons de déclarer son amour, 104 langues officielles des États du monde sont représentées, sous la forme de télégrammes dessinés par Stéphane Heuet.

Le Méridien de l’Amour, c’est aussi un site Internet référençant pour chaque langue de nombreuses œuvres cinématographiques et littéraires, collectées par l’auteure Dominique Camus.

Dès le mercredi 8 juin, les 5 colonnes renverront, par QRcodes, à cette véritable médiathèque universelle de l’Amour : meridiendelamour.com. ! L’inauguration du Méridien de l’Amour se déroulera le jour de l’ouverture du Festival du Film de Cabourg, le mercredi 8 juin, à partir de 18h30, le long de la Promenade Marcel Proust. Le public est invité à découvrir Le Méridien de l’Amour à cette occasion.

meridien.jpg

En présence du Grand Jury, et des Présidentes & Présidents des Grands Jurys des précédentes éditions, 104 enfants des écoles de Cabourg dévoileront au monde entier les 104 clous du Méridien de l’Amour.

Ariane Ascaride, Juliette Binoche, Catherine Corsini, Sam Karmann, Pascal Bonitzer, Virginie Ledoyen, Yann Samuell et Gilles Taurand ont d’ores et déjà répondu présent.

L’ensemble de ces talents embarquera ensuite à bord d’un petit train du Méridien, qui les conduira d’une colonne à l’autre, et chacun pourra exprimer son attachement personnel pour chaque continent, avant de dévoiler la colonne au public.

Un drone couvrira l’événement pour réaliser des images vues d’en haut, la tête dans les étoiles.

Soirée caritative le jeudi 9 juin

Photo de Festival du Film de Cabourg.

(c) Tous droits réservés

Le Festival a le plaisir de soutenir cette année l’Association Children Of The Sun, dont Emmanuelle Béart est la Marraine, à l’occasion du dîner caritatif qui se tiendra le jeudi 9 juin au Grand Hôtel de Cabourg.

L’intégralité des recettes de cette soirée sera reversée au profit de l’association mise à l’honneur, comme chaque année. Les fonds seront récoltés grâce au dîner offert par le Grand Hôtel et à la tombola des roses dotée de nombreux lots par les partenaires du Festival.  Le Grand Jury, les talents et les invités présents auront le privilège d’assister à un mini récital de Carla Bruni qui viendra interpréter quelques titres de son répertoire. Toutes les infos, en cliquant ici.

Tapis rouge

j4

La Cérémonie des Premiers Rendez-vous du vendredi 10 juin et la Cérémonie de Clôture du samedi 11 juin seront précédées d’un tapis rouge sur la promenade Marcel Proust, du Grand Hôtel au Grand Casino. Il débutera le vendredi 10 juin à 19h15 et le samedi 11 juin à 19h30.

Pour sa 30e édition, la Ville de Cabourg offrira la possibilité au public de suivre en direct la Cérémonie des Swann d’Or retransmise sur le tapis rouge, Promenade Marcel Proust le samedi 11 juin. Début estimé à 21h.

Informations pratiques

Cliquez ici pour avoir toutes les informations pratiques sur le site officiel du Festival. Sachez qu’il est très accessible et ouvert à tous: les projections du festival sont accessibles à l’achat d’un laissez-passer non nominatif (donnant droit à 5 places de cinéma), remis dans un kit-festivalier comprenant le catalogue et la grille-horaire. Muni de ce laissez-passer, chaque spectateur doit ensuite retirer les places pour les films de son choix à la billetterie.
Il est également possible d’acheter des places à l’unité au prix de 7 € et les étudiants bénéficient d’un tarif réduit de 5 € sur présentation de la carte étudiant.

Retrouvez également de nombreuses bonnes adresses dans la région notamment à Deauville et Trouville, sur mon site http://inthemoodfordeauville.com.

Critique de UN HOMME ET UNE FEMME de Claude Lelouch (projection anniversaire)

cinéma, festival, film, anniversaire, Festival du Film de Cabourg, Festival du Film de Cabourg 2016, Claude Lelouch, Jean-Pierre Jeunet, Un homme et une femme, le Fabuleux destin d'Amélie Poulain, le Méridien de l'amour, In the mood for cinema, In the mood for cinéma

Le 13 septembre 1965, Claude Lelouch est désespéré, son dernier film ayant été un échec. Il prend alors sa voiture, roule jusqu’à épuisement en allant vers Deauville où il s’arrête à 2 heures du matin en dormant dans sa voiture. Réveillé le matin par le soleil, il voit une femme depuis sa voiture, étonné de la voir marcher avec un enfant et un chien. Sa « curiosité est alors plus grande que la tristesse ». Il commence à imaginer ce que peut faire cette femme sur cette plage, avec son enfant, à cette heure matinale. Cela donnera « Un homme et une femme ».

Synopsis : Anne (Anouk Aimée), scripte, inconsolable depuis la mort de son mari cascadeur Pierre (Pierre Barouh), rencontre à Deauville, en allant chercher sa fille à la pension, un coureur automobile, Jean (Jean-Louis Trintignant), dont la femme s’est suicidée par désespoir. Jean raccompagne Anne à Paris. Tous deux sont endeuillés, et tous deux ont un enfant. C’est l’histoire d’un homme et d’une femme qui s’aiment, se repoussent, se retrouvent et s’aiment encore…

 J’ai vu ce film un grand nombre de fois, et à chaque fois, avec le même plaisir, la même émotion, le même sentiment de modernité pour un film qui date de 1966, étonnant pour un cinéaste dont beaucoup de critiques raillent aujourd’hui le classicisme. Cette modernité est bien sûr liée à la méthode Claude Lelouch d’ailleurs en partie la conséquence de contraintes techniques et budgétaires. Ainsi, Lelouch n’ayant pas assez d’argent pour tourner en couleurs tournera les extérieurs en couleurs et les intérieurs en noir et blanc. Le montage et les alternances de noir et blanc et de couleurs jouent alors habilement avec les méandres du temps et de la mémoire émotive, entre le présent et le bonheur passé qui ressurgit sans cesse.

Je ne sais pas si « le cinéma c’est mieux que la vie » mais en tout cas Claude Lelouch fait partie de ceux dont les films et surtout « Un homme et une femme » nous la font aimer.  Rares sont les films qui donnent à ce point la sensation de voir une histoire d’amour naître et vibrer sous nos yeux, d’en ressentir -partager, presque- le moindre battement de cœur ou le moindre frémissement de ses protagonistes, comme si la caméra scrutait les visages et les âmes. Par une main qui frôle une épaule si subtilement filmée. Par le plan d’un regard qui s’évade et s’égare. Par un sourire qui s’esquisse. Par des mots hésitants ou murmurés. Par la musique éternelle de Francis Lai (enregistrée avant le film) qui nous chavire le cœur. Par une photographie aux accents picturaux qui sublime Deauville filmée avec une lumière nimbée de mélancolie, des paysages qui cristallisent les sentiments de Jean-Louis et d’Anne, fragile et paradoxalement impériale, magistralement (dirigée et) interprétée par Anouk Aimée. Rares sont les films qui procurent cette impression de spontanéité, de vérité presque. Les fameux « instants de vérité » de Lelouch.

Et puis il y a le charme incomparable du couple Anouk Aimée/ Jean-Louis Trintignant, le charme de leurs voix, notamment quand Jean-Louis Trintignant prononce « Montmartre 1540 ». Le charme et la maladresse des premiers instants cruciaux d’une histoire d’amour quand le moindre geste, la moindre parole peuvent tout briser. Et puis ces plans fixes, de Jean-Louis dans sa Ford Mustang (véritable personnage du film), notamment lorsqu’il prépare ce qu’il dira à Anne après qu’il ait reçu son télégramme. Et puis ces plans qui encerclent les visages et en capturent la moindre émotion. Ce plan de cet homme avec son chien qui marche dans la brume et qui  fait penser à Giacometti (pour Jean-Louis). Tant d’autres encore…

lelouch4.jpg

 Avec « Un homme et une femme » Claude Lelouch a signé une histoire intemporelle, universelle avec un ton très personnel et poétique. La plus simple du monde et la plus difficile à raconter. Celle de la rencontre d’un homme et une femme, de la rencontre de deux solitudes blessées. Il prouve que les plus belles histoires sont les plus simples et que la marque du talent est de les rendre singulières et extraordinaires.

Alors pour reprendre l’interrogation de Jean-Louis dans le film citant Giacometti « Qu’est-ce que vous choisiriez : l’art ou la vie » Lelouch, n’a certainement pas choisi, ayant réussi a insufflé de l’art dans la vie de ses personnages et de la vie dans son art. Voilà c’est de l’art qui transpire la vie.

Alors que Claude Lelouch a tourné sans avoir de distributeur, sans même savoir si son film sortirait un jour, il obtint la palme d’or à Cannes en 1966, l’oscar du meilleur film étranger et celui du meilleur scénario et 42 récompenses au total et aujourd’hui encore de nombreux touristes viennent à Deauville grâce à « Un homme et une femme », le film, mais aussi sa musique mondialement célèbre. Vingt ans après, Claude Lelouch tourna une suite « Un homme et une femme 20 ans déjà » réunissant à nouveau les deux protagonistes.

 

Articles liés à celui-ci:

Share

About Author

Sandra Mézière

Blogueuse et romancière. Passionnée, avant tout. Surtout de cinéma et d'écriture. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 21 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 13 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés ( Inthemoodforfilmfestivals.com, Inthemoodforcinema.com, Inthemoodfordeauville.com, Inthemoodforcannes.com, Inthemoodforhotelsdeluxe.com, Inthemoodforluxe.com... ), de romans, de scénarii et de nouvelles. en avril 2016, a été publié mon premier roman au cœur des festivals de cinéma, aux Editions du 38: "L'amor dans l'âme". Pour en savoir plus sur mon parcours, mes projets, les objectifs de ce site, rendez-vous sur cette page : http://inthemoodforfilmfestivals.com/about/ et pour la couverture presse sur celle-ci : http://inthemoodforfilmfestivals.com/dans-les-medias/ . Je travaille aussi ponctuellement pour d'autres médias (Clap, Journal de l'ENA, As you like magazine etc) et je cherche également toujours à partager ma passion sur d'autres médias. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : inthemoodforfilmfestivals@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema, mon compte principal: 5200 abonnés ). Vous pouvez aussi me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *