De l’affiche de cette première édition du Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz (photo signée Anthony Anciaux qui met en scène la charmante Juliette Besson sur la plage de Saint-Jean-de-Luz , comédienne que les festivaliers ont pu voir dans de nombreux courts et longs métrages et notamment dans les courts métrages Crème brûlée d’Elsa Blayau et Partir de Christophe Brachet qui avaient été projetés en compétition dans le cadre du festival), il  émane beaucoup de douceur, de sérénité, de luminosité et de tendre mélancolie à l’image du lieu où se déroule ce festival et de l’atmosphère qu’il dégage. Un lieu qui crée une symbiose d’une étourdissante beauté entre la rudesse majestueuse de la montagne et  les scintillements éblouissants de la mer (les beaux jours et les autres Saint-Jean-de-Luz se teinte de couleurs tout aussi fascinantes) dans laquelle elle se jette, l’écrin idéal pour un festival qui est une « fenêtre ouverte sur le monde. » Des mondes même, au regard de l’éclectisme de cette programmation 2014,  diversifiée aussi bien dans les genres que dans les nationalités des films en lice.

Je me réjouis donc, d’une part, de retourner pour la 4ème année consécutive à Saint-Jean-de-Luz pour ce nouveau festival de cinéma « Le Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz » qui aura lieu du 6 au 11 octobre et qui s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur « Le Festival International des Jeunes Réalisateurs », a fortiori après la découverte de son programme qui, comme chaque année, promet de mettre à l’honneur les pépites cinématographiques de l’année à venir, et, d’autre part, je me réjouis de pouvoir vous faire gagner ( pour la première fois cette année, en partenariat avec le festival) 5 pass  d’une valeur unitaire de 40 euros permettant l’accès à 10 films hors ouverture et clôture (concours en bas de cet article).

S’il a changé de nom, le festival sera toujours autant animé par la passion, la cinéphilie, la liberté, l’audace puisque si l’organisation change légèrement (d’où ce nouveau nom), Patrick Fabre en reste le directeur artistique et l’agence MIAM en est toujours chargée de la communication. Que de pépites découvertes là-bas, pour les plus récentes Louise Wimmer, Syngue Sabour, J’enrage de son absence et rien que l’an passé: The Lunchbox, The selfish giant, La belle vie, La pièce manquante et Le sens de l’humour (très beau film de Maryline Canto qui n’a pas reçu l’accueil en salles et les échos critiques qu’il aurait mérités). Vous l’aurez compris: j’ai une tendresse particulière pour ce festival destiné autant aux cinéphiles qu’aux « simples » amateurs de cinéma, et je vous encourage vivement à le découvrir, ce festival étant par ailleurs très accessible…

Le festival aura toujours lieu au cinéma Le Sélect, la garantie d’un accueil souriant à l’image de celui des Luziens (je n’ai pas le souvenir d’avoir croisé un seul Luzien désagréable mais je ne pousse pas la naïveté et l’optimisme à croire qu’il n’en existe pas). Le festival de Saint-Jean-de-Luz continuera donc à faire rimer convivialité et amour du cinéma (et de ceux qui le font). C’est cela la marque de fabrique de ce festival qui le distingue.

En témoigne la présence fidèle de ceux que le festival a célébrés à leurs débuts de cinéastes comme Mélanie Laurent, prix du jury et prix du public en 2011 pour « Les Adoptés », (film lumineux et tendre sur un sujet grave, à la réalisation sensible, inspirée, témoignant d’un vrai regard de cinéaste, très influencé par le cinéma indépendant américain) qui viendra présenter son 2ème film « Respire » que j’attends avec beaucoup d’impatience et dont je ne manquerai pas de vous parler ici, comme des autres films projetés.

Le festival de Saint-Jean-de-Luz continuera aussi de découvrir les nouveaux talents du cinéma.

Ainsi, figurent toujours au programme :

-Une compétition de longs métrages et de courts métrages internationaux (ne manquez pas non plus les courts métrages dont la sélection et la présentation -en présence des équipes- réservent toujours de belles surprises).

> 10 longs métrages français et internationaux, dont 5 films présentés pour la première fois en France

> 8 courts métrages français

Des avant-premières hors-compétition

> 2 avant-premières, en Ouverture et Clôture du festival (et non des moindres puisqu’il s’agit des nouveaux films, très attendus, de Xavier Beauvois et Jean-Paul Rouve).

Les films seront accompagnés par leurs équipes qui viendront à la rencontre du public.

– Nouveauté cette année, 2 masterclass  qui s’annoncent passionnantes et auxquelles je ne manquerai pas d’assister, l’une sur l’écriture scénaristique (en présence des membres du jury), l’autre sur l’évolution de la presse cinéma

Je vous encourage aussi à visiter le nouveau site internet du festival, très réussi, clair, moderne, vivant et coloré, et qui donne envie de se plonger dans l’actualité du festival: http://www.fifsaintjeandeluz.com/ avec, également, son blog http://www.fifsaintjeandeluz.com/#!blog/cpgj

Vous pouvez aussi suivre le festival sur Facebook ( Festival International du Film de Saint Jean de Luz) et sur twitter  ( @FifStJeanDeLuz ). Pour ma part, je vous ferai également suivre le festival en direct sur mes réseaux sociaux et surtout sur twitter (@moodforcinema) ainsi que sur ce blog.

Comme chaque année un jury de personnalités aura la passionnante charge de remettre les différentes chisteras.

Le jury, cette année, sera présidé par Xavier Beauvois qui viendra également présenter son nouveau film en avant-première,  « La Rançon de la gloire, » avec Benoit Poelvoorde et Roschdy Zem, présenté en compétition à la Mostra de Venise et en ouverture du Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz.

De jeunes lycéens de la région éliront en fin de festival leurs lauréats, constituant le second jury du festival.

 Le public sera également invité à voter pour ses films préférés.

LE JURY

XAVIER BEAUVOIS, Président,

Réalisateur, scénariste, acteur

MARIE KREMER

Comédienne

MICHÈLE LAROQUE

Comédienne, scénariste, productrice

STÉPHANIE MURAT

Réalisatrice, scénariste et actrice

ALEX BEAUPAIN

Auteur, compositeur, interprète

LAURENT BÉNÉGUI

Romancier, réalisateur

CHRISTOPHE OFFENSTEIN

Réalisateur, chef opérateur

 Seront décernés les PRIX suivants:

> Les prix remis par le Jury

Meilleur Court métrage

Meilleure Interprétation Masculine

Meilleure Interprétation Féminine

Meilleur Réalisateur

Meilleur Film

> Les prix décernés par le public du festival

Meilleur Court métrage

Meilleur Long métrage

> Les prix décernés par le Jury Jeunes, composé de 6 lycéens de la région

Meilleur Court métrage

Meilleur Long métrage

Les lauréats des prix du Jury Jeunes recevront une bourse d’aide à l’écriture de la part du partenaire du festival : le fonds de dotation Porosus, soit 10.000 euros pour le long métrage et 2.500 euros pour le court métrage.

Téléchargez la grille de programmation complète du festival en cliquant ici.

LES AVANT-PREMIÈRES

Hors Compétition

Soirée d’Ouverture

La Rançon de la gloire

Réalisé par Xavier Beauvois

> Lundi 6 octobre à 20h30 – PREMIÈRE FRANÇAISE

Casting : Benoît Poelvoorde, Roschdy Zem, Seli Gmach, Chiara Mastroianni, Nadine Labaki, Peter Coyote, Dolores Chaplin

France / Suisse – 1h54

Production Why Not Productions / Distribution : Mars Films

Scénario : Xavier Beauvois & Etienne Comar

Sortie nationale : 2015

Synopsis

Vevey, une petite ville au bord du lac Léman, à la fin des années soixante-dix.

Tout juste sorti de prison, Eddy Ricaart est accueilli par son ami Osman Bricha. Ils ont tous deux convenu d’un marché : Osman héberge Eddy ; en échange de quoi, celui-ci s’occupe de sa fille de sept ans, Samira – le temps que sa femme Noor subisse des examens à l’hôpital. Mais en cette veille de Noël le manque d’argent se fait cruellement sentir. Aussi, lorsque la télévision annonce la mort du richissime comédien Charlie Chaplin, Eddy a une idée : subtiliser le cercueil de l’acteur et demander une rançon à la famille !

Au même moment, un cirque s’installe en ville…

Soirée de Clôture

Les Souvenirs

Réalisé par Jean-Paul Rouve

> Samedi 11 octobre à 19h30

En présence de Jean-Paul Rouve et Mathieu Spinosi

Casting : Michel Blanc, Annie Cordy, Mathieu Spinosi, Chantal Lauby, Audrey Lamy, William Lebghil, Flore Bonaventura, Jean-Paul Rouve

France – 1h35

Production : Maxime Delauney & Romain Rousseau / Nolita Cinema / Distribution : Gaumont

Scénario : David Foenkinos & Jean-Paul Rouve, d’après le roman de David Foenkinos

Sortie nationale : 14 janvier 2015

Synopsis

Romain a 23 ans. Il aimerait être écrivain mais, pour l’instant, il est veilleur de nuit dans un hôtel. Son père a 62 ans. Il part à la retraite et fait semblant qu’il s’en fout. Son colocataire a 24 ans. Il ne pense qu’à une chose : séduire une fille, n’importe laquelle et par tous les moyens. Sa grand-mère à 85 ans. Elle se retrouve en maison de retraite et se demande ce qu’elle fait avec tous ces vieux.

Un jour son père débarque en catastrophe. Sa grand-mère a disparu. Elle s’est évadée en quelque sorte. Romain part à sa recherche, quelque part dans ses souvenirs…

Le réalisateur

Jean-Paul Rouve a débuté au théâtre avec ses complices du Cours Florent, les Robins des bois, avec lesquels il accède à la célébrité en se produisant sur Canal+.

Seul, Jean-Paul Rouve fait une apparition remarquée dans Karnaval (1999), film dont l’action se déroule dans son Dunkerque natal. En 2003, il remporte le César du Meilleur espoir masculin grâce à son interprétation dans Monsieur Batignole de Gérard Jugnot.

Parallèlement à sa riche carrière d’acteur (Podium, Un Long dimanche de fiançailles, Je préfère qu’on reste amis, La Môme, Adèle Blanc-Sec, Poupoupidou…) Jean-Paul Rouve s’essaye à la réalisation en 2008 avec Sans arme, ni haine, ni violence, sur le destin hors-norme du gangster Spaggiari. En 2012, il réalise Quand je serais petit, film sur lequel il dirige Claude Brasseur et Miou Miou.

Les Souvenirs est son troisième film.

LES LONGS MÉTRAGES

En Compétition

Terre Battue

Réalisé par Stéphane Demoustier

> Lundi 6 octobre à 17h30

En présence de Stéphane Demoustier

Casting : Olivier Gourmet, Valeria Bruni Tedeschi, Charles Mérienne, Vimala Pons, Jean-Yves Berteloot

France – 1h35

Production : Les Films Velvet – Frédéric Jouve / Distribution : Diaphana

Scénario : Stéphane Demoustier avec la collaboration de Gaëlle Macé

Sortie nationale : 17 décembre 2014

Synopsis

Résolu à ne plus travailler pour d’autres, Jérôme cherche à monter sa société coûte que coûte, et ce malgré les réticences de Laura, sa femme. Ugo, leur fils de 11 ans, joue au tennis et veut devenir champion. Pour cela, il lui faut intégrer le centre national d’entraînement, à Roland Garros. Comme son père, il est prêt à tout pour arriver à ses fins. Ensemble, Ugo et Jérôme vont apprendre qu’on ne peut pas contourner toutes les règles pour réussir.

Le réalisateur

Stéphane Demoustier est né à Lille en 1977. Il a réalisé des courts métrages, sélectionnés et primés dans de nombreux festivals en France et à l’étranger : Fille du calvaire (2012), Bad Gones (2011), Des noeuds dans la tête (2010), Dans la jungle des villes (2009).

En 2013, il réalise un documentaire, Les petits Joueurs, décrivant le parcours de trois enfants qui participent aux championnats de France de tennis des 10-11 ans.

Terre battue est son premier long métrage.

’71

Réalisé par Yann Demange

> Mardi 7 octobre à 15h00

Casting : Jack O’Connell, Sean Harris, Paul Anderson, Charlie Murphy, David Wilmot, Sam Reid, Sam Hazeldine, Martin McCann

Grande-Bretagne – 1h39

Production : Warp Films / Distribution : Ad Vitam

Scénario : Gregory Burke

Sortie nationale : 5 novembre 2014

Synopsis

Belfast, 1971. Tandis que le conflit dégénère en guerre civile, Gary, jeune recrue anglaise, est envoyé sur le front. La ville est dans une situation confuse, divisée entre protestants et catholiques. Lors d’une patrouille dans un quartier en résistance, son unité est prise en embuscade. Gary se retrouve seul, pris au piège en territoire ennemi. Il va devoir se battre jusqu’au bout pour essayer de revenir sain et sauf à sa base.

Le réalisateur

Né en France et élevé à Londres, Yann Demange commence sa carrière en filmant des concerts ainsi qu’en réalisant des clips musicaux et publicitaires. Son premier court métrage Joe, sélectionné par le British Council, lui permet de se faire connaître hors des frontières britanniques. D’autres courts métrages suivent : Incomplete, Alan & Samir et Headspace.

Diplômé de la National Film and Television School en 2006, il dirige l’année suivante la comédie dramatique Man in a box pour Channel 4. Depuis il a réalisé des épisodes de la série Criminal Justice diffusée par la BBC (ce qui lui valut une nomination comme Meilleur réalisateur aux British Academy Television Award 2010) et Top Boy qui a remporté le prix de la Meilleure série au British Academy Television Award.

‘71 est le premier long métrage de Yann Demange.

Jesse and Zibby (Liberal Arts)

Réalisé par Josh Radnor

> Mardi 7 octobre à 17h30 – PREMIÈRE FRANÇAISE

Casting : Josh Radnor, Elizabeth Olsen, Richard Jenkins, Allison Janney, Elizabeth Reaser, John Magaro, Zac Efron

Etats-Unis – 1h37

Production : Josh Radnor, Claude Dal Farra, Brice Dal Farra, Lauren Munsch & Jesse Hara / Distribution : Luminor

Scénario : Josh Radnor

Sortie nationale : 2015

Synopsis

Célibataire depuis peu, Jesse, 35 ans, intello toujours la tête dans les livres, est en pleine crise existentielle, persuadé que la meilleure partie de sa vie est déjà derrière lui. Lorsque son ancien professeur d’université l’invite pour prononcer le discours de sa cérémonie de départ en retraite, Jesse saute sur l’occasion pour revoir son ancien campus, pris d’une certaine nostalgie.

Sa rencontre fortuite avec Zibby, une étudiante précoce de deuxième année, passionnée de musique classique, va tout chambouler et l’entrainer dans une relation inattendue.

Le réalisateur

Josh Radnor a débuté au théâtre à Broadway dans l’adaptation du Lauréat, où il reprenait le rôle créé par Dustin Hoffman. Il est plus connu pour son rôle de Ted, le personnage central de la série télévisée américaine How I met your mother.

Mais ses talents sont multiples : il s’est ainsi rapidement affirmé comme un scénariste et réalisateur accompli notamment grâce à Happythankyoumoreplease, son premier film, qui a reçu le Prix du Public pour le meilleur drame U.S en 2010 au Festival de Sundance.

Jesse and Zibby (Liberal Arts) est son deuxième film.

Los tontos y los estúpidos

Réalisé par Roberto Castón

> Mardi 7 octobre à 20h30

En présence de Roberto Castón

Casting : Roberto Alamo, Josean Bengoetxea, Aitor Beltran, Nausicaa Bonnin, Cuca Escribano, Gregory Brossard

Espagne – 1h30

Production : Fernando Diez Varela, Pau Guillen

Scénario : Roberto Castón

Synopsis

Une équipe de film rentre en studio une journée pour faire une lecture et tester le scénario de Los tontos y lo estúpidos, les idiots et les stupides. Assis autour d’une table, les acteurs, dirigé par le réalisateur, aidé par la lumière, les accessoires, le son, vont transformer ce scénario en film, donner vie à cette histoire.

Celle de Mario, Paula, Miguel et Lourdes, dont les destins vont se croiser. Quatre personnages qui passent leur vie à faire semblant, à cacher leurs défauts et leurs échecs, et vivent de déception en désillusion. Tous voudraient changer, mais seuls ceux qui seront lassés de mentir, de jouer la comédie, et qui miseront tout sur leur bonheur pourront s’en sortir. Parce qu’il y a une différence entre l’idiotie et la stupidité.

Le réalisateur

Né en 1973 à Coruña en Espagne, Roberto Castón est licencié en philologie hispanique de l’Université de Saint Jacques de Compostelle. Il a continué ses études au Centre d’Estudis Cinematogràficas de Catalunya, où il a obtenu un Diplôme en Direction de la photographie.

Roberto Castón réalise ensuite plusieurs courts métrages présentés dans des festivals de cinéma du monde entier: Ilusión óptica (2001), La pasión según un ateo (sitcom) (2004), Maricón (2005) et Los requisitos de Nati (2007). En 2009 sort Ander son premier long métrage, présenté à Saint-Jean-de-Luz et qui vaut à son acteur principal, Josean Bengoetxea, le Prix d’interprétation masculine.

Los tontos y los estupidos est son deuxième film.

Roberto Castón est depuis 2004 le Directeur du Festival International de Cinéma GLBT de Bilbao.

Max & Lenny

Réalisé par Fred Nicolas

> Mercredi 8 octobre à 17h30 – PREMIÈRE FRANÇAISE

En présence de Fred Nicolas, Camélia Pand’Or et Jisca Kalvanda

Casting : Camélia Pand’Or, Jisca Kalvanda, Adam Hegazy, Mathieu Demy

France – 1h25

Production : Elisabeth Perez / Chaz Productions / Distribution : Shellac

Scénario : Fred Nicolas et François Bégaudeau

Sortie nationale : 2015

Synopsis

Lenny est une adolescente sauvage et solitaire d’une cité des quartiers nord de Marseille. C’est par le rap qu’elle exprime les difficultés de son quotidien. C’est aussi par lui qu’elle réussi à s’en évader.

Un soir, alors qu’elle répète en cachette dans un chantier à l’abandon, Lenny rencontre Max, une jeune Congolaise sans papier qui tombe en arrêt devant sa voix et la puissance de ses mots. Les deux filles s’adoptent aussitôt…

Le réalisateur

Fred Nicolas a été l’assistant de nombreux cinéastes dont Robert Guédiguian, Erick Zonca, Arnaud Despleschin, Pierre Salvadori, Manuel Pradal, Brigitte Roüan, Agnès Merlet, ou Marina De Van. Il a réalisé un court métrage, Vivre (2000), sélectionné entre autres au Festival Tous courts d’Aix en Provence et deux documentaires dont Rouge Bandit (2009), consacré à Charlie Bauer.

Max & Lenny est son premier long métrage.

Le Dernier coup de marteau

Réalisé par Alix Delaporte

> Mercredi 8 octobre à 20h30 – PREMIÈRE FRANÇAISE

En présence d’Alix Delaporte et Clotilde Hesme

Casting : Clotilde Hesme, Grégory Gadebois, Romain Paul, Candela Peña, Farida Rahouadj, Farid Bendali

France – 1h23

Production : Hélènes Cases, Lionceau Films / Distribution : Pyramide Films

Scénario : Alix Delaporte et Alain Le Henry

Sortie nationale : 11 mars 2015

Synopsis

Quand il pousse la porte de l’opéra de Montpellier, Victor ne connaît rien à la musique. Il ne connaît pas non plus son père, Samuel Rowinski, venu diriger la 6ème symphonie de Mahler.

Pour inverser le cours de son avenir devenu brusquement incertain, pour sa mère, Nadia, pour Luna dont il est tombé amoureux, Victor a décidé de se montrer. Il ira jusqu’au au bout.

La réalisatrice

Alix Delaporte fait ses débuts à l’agence CAPA comme journaliste-caméraman, puis réalise le documentaire Comme dans un rêve sur Zinedine Zidane. Elle décide ensuite de suivre des cours d’écriture de scénario à La Fémis, et réalise ses premiers courts métrages. Comment on freine dans une descente remporte le Lion d’Or du Meilleur court métrage à la Mostra de Venise en 2006.

En 2010, elle réalise son premier long métrage, Angèle et Tony, sélectionné à la Semaine de la critique à la Mostra de Venise la même année. Le film remporte un beau succès public en France et deux César pour ses acteurs Grégory Gadebois et Clotilde Hesme. Il est vendu dans plus de 20 territoires à l’international.

Le Dernier coup de marteau est son deuxième long métrage.

Lena

Réalisé par Jan Schomburg

> Jeudi 9 octobre à 17h30 – PREMIÈRE FRANÇAISE

Casting : Maria Schrader, Johannes Krisch, Ronald Zehrfeld, Sandra Hüller, Paul Herwig

Allemagne – 1h33

Production : Pandora film – Claudia Steffen, Christoph Friedel / Distribution : Sophie Dulac Distribution

Scénario : Jan Schomburg

Sortie nationale : 2015

Synopsis

Lena Ferben a vécu quasiment la moitié de sa vie lorsqu’elle perd la mémoire, et ainsi l’intégralité d’elle-même.

Son mari devient subitement un étranger, ses amies des inconnus et sa vie se transforme alors en une véritable fiction. Un choix s’impose alors pour Lena : retrouver ce qu’elle était ou devenir quelqu’un d’autre…

Le réalisateur

Jan Schomburg est né en 1976 à Aachen. Après des études en communication visuelle à la Kunsthochschule de Cassel, il étudie la direction d’acteur à la Kunsthochschule de Cologne. En 2008 il reçoit une bourse pour intégrer l’Andrzej Waida Master à la School of film directing de Varsovie.

Après plusieurs courts métrages, il réalise son premier long métrage, L’Amour et rien d’autre, qui recevra de nombreux prix dont le prix Europa Cinéma au festival de Berlin Panorama et le Prix d’Interprétation Féminine à Saint-Jean-de-Luz en 2011.

Lena est son deuxième long métrage.

L’Oranais

Réalisé par Lyes Salem

> Jeudi 9 octobre à 20h30

En présence de Lyes Salem et Khaled Benaïssa

Casting : Lyes Salem, Khaled Benaïssa, Djemel Barek, Amal Kateb, Najib Oudghiri, Sabrina Ouazani

France / Algérie – 2h08

Production : Isabelle Madelaine (Dharamsala) / Yacine Laloui (Laith Media) / Distribution : Haut et Court

Scénario : Lyes Salem

Sortie nationale : 19 novembre 2014

Synopsis

Durant les premières années euphoriques qui suivent l’indépendance, deux amis, Djaffar et Hamid, sont promis à un bel avenir dans une Algérie libre, jusqu’au jour où la trahison les sépare.

Le réalisateur

Comédien de formation, Lyes Salem réalise son premier court métrage en 2001, Jean-Farès. Avec Cousines, en 2005, il remporte de nombreux prix internationaux et le César du Meilleur Court Métrage.

En 2008, il réalise Mascarades qui représentera l’Algérie aux Oscars et sera nommé au César du Meilleur Premier Film en 2009.

L’Oranais est son deuxième long métrage.

Bébé Tigre

Réalisé par Cyprien Vial

> Vendredi 10 octobre à 17h30

En présence de Cyprien Vial et Harmandeep Palminder

Casting : Harmandeep Palminder, Elisabeth Lando, Vikram Sharma

France – 1h27

Production : Isabelle Madelaine (Dharamsala) & Emilie Tisné (Darius Films) / Distribution : Haut et Court

Scénario : Cyprien Vial

Sortie nationale : 28 janvier 2015

Synopsis

Many, jeune indien de 17 ans, a été pris en charge par l’Etat français à son arrivée à Paris il y a 2 ans. Sans perdre le contact avec sa communauté sikh, il partage sa vie entre le collège, ses copains et sa nouvelle petite amie, Élisabeth.

Sur la voie d’une intégration exemplaire, il ne pose de problème à personne, sauf à ses parents à qui il ne peut envoyer d’argent…

Le réalisateur

Cyprien Vial a 34 ans. Diplômé de la section réalisation de la Fémis, il a réalisé quatre courts métrages parmi lesquels Dans le rang, primé à la Quinzaine des Réalisateurs en 2006.

Bébé Tigre est son premier long métrage.

Respire

Réalisé par Mélanie Laurent

> Vendredi 10 octobre à 20h30

En présence de Mélanie Laurent et Joséphine Japy

Casting : Joséphine Japy, Lou de Lâage, Isabelle Carré, Claire Keim

France – 1h31

Production : Bruno Lévy – Movemovie / En coproduction avec Gaumont / Distribution : Gaumont

Scénario : Mélanie Laurent et Julien Lambroschini

Sortie nationale : 12 novembre 2014

Synopsis

Charlie, une jeune fille de 17 ans. L’âge des potes, des émois, des convictions, des passions. Sarah, c’est la nouvelle. Belle, culottée, un parcours, un tempérament. La star immédiate, en somme. Sarah choisit Charlie…

La réalisatrice

C’est en 1999 que Mélanie Laurent débute au cinéma dans Un Pont entre deux rives coréalisé par Gérard Depardieu et Frédéric Auburtin. En 2002, on la retrouve dans Embrassez qui vous voudrez de Michel Blanc. Mais c’est en 2005 que les choses s’accélèrent : remarquée dans De battre, mon coeur s’est arrêté ou Indigènes, elle décroche le premier rôle du drame Je vais bien, ne t’en fais pas de Philippe Lioret, qui lui vaut le César du Meilleur espoir féminin. Par la suite, elle tourne notamment avec Cédric Klapisch (Paris), Quentin Tarantino (Inglorious Basterds), Radu Mihaileanu (Le Concert) ou plus récemment Louis Leterrier (Insaisissables). Elle réalise en 2008 un court métrage, De moins en moins, sélectionné en compétition officielle à Cannes. Puis, trois ans plus tard son premier long métrage, Les Adoptés, qui remporte à Saint-Jean-de-Luz le Prix du Public et le Prix du Jury Jeune. Respire est son deuxième film.

LES COURTS MÉTRAGES

En Compétition

> Samedi 11 octobre à 14h30

15 francs, des fleurs et une culotte

Réalisé par Maud Garnier

Casting : Hélène Vincent, Alain Rimoux

Scénario : Maud Garnier et Marie-Sophie Chambon

Durée : 16 mn 34

Synopsis

Anatole et sa femme, environ 70 ans tous les deux, ont déjà plus de cinquante ans de vie commune. Et ils s’aiment toujours autant, font l’amour, se moquent l’un de l’autre, s’évitent parfois, rient et se disputent.

Sauf qu’un matin, Anatole est désespéré. Il a oublié quelque chose d’important dont il tente vainement de se souvenir. Quelques trucs lui reviennent : une vieille dette, une culotte et le nom des fleurs…

La réalisatrice

Titulaire d’un Master 2 professionnel d’études audiovisuelles et cinématographiques, spécialité réalisation, à l’ESAV, Maud Garnier travaille sur de très nombreux projets comme scénariste, que ce soit pour le cinéma, la télévision ou même l’animation.

En 2010 elle passe à la réalisation avec son premier court métrage, L’absente. Son deuxième film court, 15 francs, des fleurs et une culotte a remporté le Prix du scénario Gindou 2011.

En avant calme et droit

Réalisé par Julie-Anne Roth

Casting : Julie-Anne Roth, Marie Denarnaud, Maurice Barthelemy, Anne Benoit

Scénario : Julie-Anne Roth

Durée : 20 mn

Synopsis

Dix jours dans la vie de Romy, 36 ans. Quelques mois auparavant, sa mère a rompu avec elle. Depuis, Romy n’a plus aucune nouvelle. Sa vie est suspendue à cette absence.

Dix jours d’un marathon judiciaire et administratif absurde et obsessionnel pour récupérer une mère qui ne veut pas l’être.

Dix jours de rencontres, de fête d’anniversaire, de marche en vents contraires.

Dix jours pour une métamorphose : celle de fille en femme qui comprend enfin qu’on ne fait pas le bonheur d’une personne malgré elle, et surtout pas celui de sa mère.

La réalisatrice

Après des études littéraires à la Sorbonne, Julie-Anne Roth intègre la compagnie théâtrale de Pierre Debauche.

En 1993, elle débute au cinéma dans La Reine Margot de Patrice Chéreau et Le Péril jeune de Cédric Klapisch. Tout en continuant sa carrière, elle entre au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique – où elle fait ses premières mises en scène, dont elle sort diplômée en 1999. En 2012 sa pièce On ne me pissera pas éternellement sur la gueule est récompensé par le CNT et le Prix de Guérande.

Elle est enfin passée à la réalisation avec son premier court métrage En avant calme et droit.

La Discothèque

Réalisé par Nicolaï Maldavsky

Casting : Oscar Castro, Lou Castel, Cosme Castro, Leo Melo, José Maldavsky, Lea Forest

Scénario : Nicolaï Maldavsky

Durée : 13 mn

Synopsis

Un jeune homme tente de faire parler son père sur les expériences difficiles qu’il a vécues au Chili durant la dictature. Mais il y a des choses que les mots ne peuvent pas raconter….

Le réalisateur

Né en 1979, Nicolaï Maldavsky suit des études de philosophie et de cinéma. Collaborateur régulier de la Cinémathèque Française, vainqueur du concours de scénario du Moulin d’Andé et lauréat de la bourse Beaumarchais, La Discothèque est son premier court métrage.

La Nouvelle musique

Réalisé par François Goetghebeur et Nicolas Lebrun

Casting : Valérian Bonnet, Elisa Benizio, Guillaume Loublier, Bérénice Coudy

Scénario : François Goetghebeur et Nicolas Lebrun

Durée : 13 mn 51

Synopsis

Dans un monde où il n’existe qu’une seule musique, Tom et Vilma, traumatisés à la naissance, sont les seuls à ne pas aimer cette mélodie unique.

Ces frère et soeur travaillent au département “Recherche & Innovation“ du géant de l’industrie musicale. Accumulant les échecs dans leur quête d’une nouvelle ligne mélodique, ils sont renvoyés sans ménagement par la nouvelle femme du Président. Le fils du Président, en froid avec sa toute jeune « belle-mère », va leur laisser entrevoir une solution pour récupérer leur poste…

Les réalisateurs

Amis depuis l’âge de 10 ans, François Goetghebeur et Nicolas Lebrun travaillent en binôme dès lors qu’il s’agit de fiction.

En 2013, leur court métrage Jacques Serres a remporté la finale mondiale du 48h Film Project à Los Angeles. Ils travaillent actuellement à leur premier long métrage.

François Goetghebeur réalise également des captations de concerts et des prime-time événementiels pour France Télévision (Piaf à New York, Galas de l’Union des Artistes…).

L’Usine, l’autre nuit

Réalisé par Nathalie Giraud & Timothée Corteggiani

Casting : Emilie Deville, Eric Defosse, Xavier Pierre

Scénario : Nathalie Giraud & Timothée Corteggiani

Durée : 16 mn 27

Synopsis

Au volant de sa voiture, Andréa s’arrête une dernière fois dans cette usine où elle a travaillé. Fragile et paumée, elle espère pouvoir survivre en renouant avec son passé. Mais la violence de la réalité va détruire toutes ses illusions.

Les réalisateurs

Nathalie et Timothée travaillent ensemble depuis leur rencontre à l’école, à Paris. Leur première collaboration est un film d’1 minute tourné avec un iPhone et intitulé La fille aux ballons rouges, qui a remporté plusieurs prix et sélections dans différents festivals autour du monde.

L’Usine, l’autre nuit est leur premier court métrage produit.

Notre Faust

Réalisé par Elsa Blayau et Chloé Larouchi

Casting : Lou de Lâage, Alice Isaaz, Salomon Mpondo-Dicks, Audrey Fleurot

Scénario : Boris Vian / Adaptation : Elsa Blayau et Chloe Larouchi

Durée : 18 mn 24

Synopsis

Marina est une jeune femme comme beaucoup d’autres, elle aime un homme en particulier…

Un jour, tandis qu’elle prétend auprès de sa meilleure amie Lise qu’elle donnerait son âme pour être un génie de la danse, une inconnue très affable se présente à elle : elle lui propose un marché. Mais le nouveau talent de Marina lui apportera-t-elle ce qu’elle recherche ?

Les réalisatrices

On a découvert Elsa Blayau à Saint-Jean-de-Luz avec son court métrage Crème brûlée, dans lequel jouait Juliette Besson.

Elle a réalisé de nombreux making of et travaille à l’écriture de son premier long métrage.

Chloé Larouchi a étudié à la Femis, au département scénario. Elle travaille à l’écriture de plusieurs longs métrages et prépare son prochain court comme réalisatrice.

Princesse

Réalisé par Marie-Sophie Chambon

Casting : Ludovic Berthillot, Daphné Rousseau, Sylvie Batby, Oriane

Scénario : Marie-Sophie Chambon

Durée : 10 mn

Synopsis

Loïs, 7 ans a le même rêve que toutes les autres petites filles de son âge : être une princesse. Un jour, son père l’emmène dans un magasin de costumes où elle flashe littéralement sur une robe de Cendrillon. Alors qu’elle essaie désespérément de rentrer dedans, Loïs se rend compte qu’avec son gros bidon et son embonpoint, elle est loin d’être une petite fille comme les autres…

La réalisatrice

Diplômé de la Femis où elle a étudié au département scénario, Marie-Sophie Chambon a écrit ou coécrit de nombreux courts métrages, Si j’étais un arbre, Un ange passe, Soubresaut… avant de collaborer à des projets télé ou des longs métrages.

En 2013, elle passe à la réalisation avec Princesse. Elle travaille actuellement sur son projet de long métrage, 100 kilos d’étoiles, qui lui a valu d’être lauréate de la bourse Beaumarchais-SACD cinéma.

Zéro

Réalisé par Tony T. Datis

Casting : Roy Sfez, Emir Seghir

Scénario : Tony T. Datis

Durée : 9 mn 55

Synopsis

Au coeur d’un petit parc de banlieue, un jeune garçon s’apprête à dévoiler son incroyable secret à son camarade de classe…

Le réalisateur

Tony T. Datis (ou Tonytruand) s’est forgé une renommée internationale dans le domaine du clip vidéo, travaillant avec des artiste tels que Modeselktor, Disiz, Soprano, Foreign Beggars, C2C, Birdy Nam Nam, Katy Perry ou Skrillex dont le clip “First of the year (Equinox)” a été nommé aux prestigieux Grammy Awards en 2012 et a remporté plusieurs MTV Video Music Awards en 2012 .

Zéro est son premier court métrage de fiction.

INFORMATIONS PRATIQUES

Ce festival est accessible à tous sur simple achat de places et pass…:

Billet par projection (sauf ouverture et clôture) :

• Adulte : 5 €

• Étudiant, enfant, bénéficiaire du RSA : 4 €

Billet cérémonie ouverture / cérémonie de clôture

• Adulte : 10 € (Salle 1) – 8€ (Salle 2)

• Étudiant, enfant, bénéficiaire du RSA : 7 €

Abonnement individuel 10 films

(hors films d’ouverture et de clôture)

• 10 films : 40 €

• Le film supplémentaire : 4 €

Toutes les projections et la billetterie au Cinéma Le Sélect – 29 Bd Victor-Hugo

  Pour ceux qui hésitent encore à venir au festival, retrouvez mes articles sur les éditions précédentes:

Palmarès et bilan du Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz 2013

Compte rendu du Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz 2012: FESTIVAL DE SAINT-JEAN-DE-LUZ 2012

Mon compte-rendu du Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz 2011

CONCOURS

Règlement:

Envoyez vos réponses aux questions suivantes à inthemoodforfilmfestivals@gmail.com avant le 1er octobre 2014 à minuit avec, pour intitulé de votre email, « Concours – 1er Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz », en précisant vos coordonnées. Seuls les 5 gagnants seront contactés (par email).

Dotation: 5 lots constitués  chacun d’un pass pour le festival (valeur 40 euros) donnant accès à 10 séances sauf ouverture et clôture.

 Sélection des gagnants parmi les participants ayant trouvé toutes les bonnes réponses et en fonction des réponses aux deux dernières questions. Si vous n’avez pas toutes les bonnes réponses, vous pouvez quand même tenter votre chance au cas où le nombre de participants ayant trouvé toutes les bonnes réponses serait inférieur à 5…mais si vous êtes des fidèles de Saint-Jean-de-Luz, cela devrait être pour vous un jeu d’enfant.

 Bonne chance à tous!

Questions:

1. Quel est le titre de ce (sublime) film primé à Saint-Jean-de-Luz dans le cadre du Festival International des Jeunes Réalisateurs?

2. Quel est le lien entre le film dont est extraite l’image ci-dessous et le Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz 2014?

3. Comme est surnommée cette célèbre demeure luzienne et pour quelle raison?

4. De quel film l’image ci-dessous a-t-elle été extraite et quel(s) prix ce film extraordinaire (plus que jamais d’actualité…) a-t-il reçu à Saint-Jean-de-Luz?

5. Quelle actrice a présidé le jury du Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz et a présenté ( une autre année) son premier long  métrage en tant que réalisatrice permettant ainsi à la prestation époustouflante de son acteur principal d’être récompensée?

6. Comment s’appelle le cinéma de Saint-Jean-de-Luz où a lieu chaque année le festival?

7. Quel est le titre de ce film récemment primé au Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz?

8. Quel est le lien entre le festival (au moins un…), cette image et son auteur ?

9.  Citez un film projeté dans le cadre du Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz qui vous a particulièrement marqué? (que vous l’ayez vu là-bas ou ailleurs) Pourquoi vous a-t-il marqué? (une phrase suffira…mais rien ne vous empêche d’en dire plus)

10. Pourquoi souhaitez-vous assister au Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz? (une phrase suffira…mais rien ne vous empêche d’en dire plus)

 Pour terminer, une vidéo de l’édition 2013 du Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz 2013…et de son président du jury … ou l’élégance incarnée :

Articles liés à celui-ci:

Share

About Author

Sandra Mézière

Blogueuse et romancière. Passionnée, avant tout. Surtout de cinéma et d'écriture. Diplômée en droit, sciences politiques, médiation culturelle (mémoire sur le cinéma avec mention TB) et d'un Master 2 professionnel de cinéma. 15 fois membre de jurys de festivals de cinéma (dont 10 sur concours d'écriture). 21 ans de pérégrinations festivalières. Blogueuse depuis 13 ans. Je me consacre aujourd'hui à ma passion, viscérale, pour le cinéma et l'écriture par l'écriture de 7 blogs/sites que j'ai créés ( Inthemoodforfilmfestivals.com, Inthemoodforcinema.com, Inthemoodfordeauville.com, Inthemoodforcannes.com, Inthemoodforhotelsdeluxe.com, Inthemoodforluxe.com... ), de romans, de scénarii et de nouvelles. en avril 2016, a été publié mon premier roman au cœur des festivals de cinéma, aux Editions du 38: "L'amor dans l'âme". Pour en savoir plus sur mon parcours, mes projets, les objectifs de ce site, rendez-vous sur cette page : http://inthemoodforfilmfestivals.com/about/ et pour la couverture presse sur celle-ci : http://inthemoodforfilmfestivals.com/dans-les-medias/ . Je travaille aussi ponctuellement pour d'autres médias (Clap, Journal de l'ENA, As you like magazine etc) et je cherche également toujours à partager ma passion sur d'autres médias. Pour toute demande (presse, contact etc) vous pouvez me contacter à : inthemoodforfilmfestivals@gmail.com ou via twitter (@moodforcinema, mon compte principal: 5200 abonnés ). Vous pouvez aussi me suivre sur instagram (@sandra_meziere).

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *